Règne animal, Jean-Baptiste Del Amo, Gallimard

Publié le par Natholelo

Règne animal, Jean-Baptiste Del Amo, Gallimard

Bon alors âme sensible s'abstenir!!! Estomac fragile aussi!!!

Ceci étant dit je dois reconnaître que je ne voulais pas lire ce livre après avoir entendu une critique extrêmement dure dans "le masque et La plume". Pas sur le style mais sur la violence et la dureté du sujet et de son traitement.

Et puis on me l'a offert pour Noël, et je remercie Jean-Paul de l'avoir choisi.

En effet c'est dur, que ce soit La 1ère période qui raconte le quotidien des éleveurs pauvres du début du 20eme siècle , entre froid, travail éreintant, religion bigotte et manque d'amour.

C'est la période de l'enfance et l'adolescent d'Eleonore qui ne connaît finalement que la vie de la ferme. C'est à travers ses yeux que jean-Baptiste Del Amo nous fait vivre ce monde disparu, dur mais beau aussi.

Et La 2eme période 1981, passage à l'élevage intensif, animaux entravés n'existant que les quelques 200 jours qui suffisent pour pouvoir les vendre. Aucune beauté, aucun amour, juste le travail, l'odeur et le désespoir.

Il n'y a plus rien de beau, de bucolique, plus d'échappatoire. Il faut continuer ou mourir ou peut être les 2.

Jean Baptiste Del Amo ne nous épargne rien et surtout pas l'horreur de cet élevage intensif dans la merde et les traitements avec des porcs sélectionnés pour leur viande ne voyant jamais le jour dans leur porcherie aseptisée.

C'est affreux oui mais je ne l'ai pas lâché j'ai suivi Eléonore puis Jérome le rejeton de la lignée. Je les ai aimés et je les ai plaints et je ne suis pas sortie la même de cette lecture et c'est aussi pour ça que je lis

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article