Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Après la guerre, Hervé Le Corre, Rivages noirs

Publié le par Natholelo

Après la guerre, Hervé Le Corre, Rivages noirs

Un livre parfait pour les amateurs de roman noir, le vrai de vrai avec gangster, flics pourris et résistant au grand cœur.

La période un peu trouble de l'après 2eme guerre mondiale et début de la guerre d'Algérie date terriblement l'intrigue mais lui donne aussi un vrai intérêt.

Le fait aussi que tout cela se passe à bordeaux ville "très comme il faut "qui a comme partout connu les pires bassesses de l'occupation mais qui veut mettre tout ça sous le tapis.

Daniel est un jeune ouvrier d'une 20aîe d'années dont les parents ont disparu dans les camps nazis et il s'apprête à partir en Algérie.

Nous suivons donc à la fois les règlements de compte Bordelais et La découverte de ce qu'a pu être cette guerre qui ne disait pas son nom.

L'ensemble est bien équilibré et on ne s'ennuie jamais c'est vrai , pourtant les stéréotypes sont une peu agaçants parfois et le ressort s'use vers la fin du livre.

Je dirais donc que ça intéressera surtout les amateurs de ce genre un peu suranné qu'est le roman noir

Partager cet article

Repost 0

Règne animal, Jean-Baptiste Del Amo, Gallimard

Publié le par Natholelo

Règne animal, Jean-Baptiste Del Amo, Gallimard

Bon alors âme sensible s'abstenir!!! Estomac fragile aussi!!!

Ceci étant dit je dois reconnaître que je ne voulais pas lire ce livre après avoir entendu une critique extrêmement dure dans "le masque et La plume". Pas sur le style mais sur la violence et la dureté du sujet et de son traitement.

Et puis on me l'a offert pour Noël, et je remercie Jean-Paul de l'avoir choisi.

En effet c'est dur, que ce soit La 1ère période qui raconte le quotidien des éleveurs pauvres du début du 20eme siècle , entre froid, travail éreintant, religion bigotte et manque d'amour.

C'est la période de l'enfance et l'adolescent d'Eleonore qui ne connaît finalement que la vie de la ferme. C'est à travers ses yeux que jean-Baptiste Del Amo nous fait vivre ce monde disparu, dur mais beau aussi.

Et La 2eme période 1981, passage à l'élevage intensif, animaux entravés n'existant que les quelques 200 jours qui suffisent pour pouvoir les vendre. Aucune beauté, aucun amour, juste le travail, l'odeur et le désespoir.

Il n'y a plus rien de beau, de bucolique, plus d'échappatoire. Il faut continuer ou mourir ou peut être les 2.

Jean Baptiste Del Amo ne nous épargne rien et surtout pas l'horreur de cet élevage intensif dans la merde et les traitements avec des porcs sélectionnés pour leur viande ne voyant jamais le jour dans leur porcherie aseptisée.

C'est affreux oui mais je ne l'ai pas lâché j'ai suivi Eléonore puis Jérome le rejeton de la lignée. Je les ai aimés et je les ai plaints et je ne suis pas sortie la même de cette lecture et c'est aussi pour ça que je lis

Partager cet article

Repost 0

L'absente, Lionel Duroy, Julliard

Publié le par Natholelo

L'absente, Lionel Duroy, Julliard

Lionel Duroy écrit sur sa vie, sa famille, ses couples. Il n'a pas de fards ni d'hypocrisie , il dit ce qu'il a vécu, ce qu'il a compris des autres. Il n'élude pas, ni les bassesses, ni la veulerie. Il ne se donne pas le beau rôle, ni le mauvais, juste le rôle qu'il pense avoir joué.

Il s'est fâché avec sa famille pour avoir fouillé dans leur histoire, pour avoir essayé de comprendre.

Quand j'ai commencé à lire Lionel Duroy j'ai eu du mal aussi, surement parce que je me suis sentie mal à l'aise avec cet étalage impudique mais aussi surement parce qu'on rêve tous d'être capable de ces analyses sans oser les faire.

Pourquoi est on celui qu'on est? Pourquoi a-t-on eu l'impression d'être peu ou mal aimé? Quelle place occupe-t-on pour ceux qu'on aime?

Lui il n'hésite pas et c'est perturbant.

Dans ce dernier livre il s'attaque à la racine: sa mère !!! Enfin essayer de comprendre qui elle était et pourquoi elle a été cette mère la.

C'est parfois difficile à lire, on se sent peut être un peu voyeur et il nous agace un peu aussi par ses difficultés à se trouver ou à toujours mettre sur le dos de son histoire familiale ses échecs actuels. Mais il n'en reste pas moins que cette quête de sens est touchante et qu'elle nous interroge aussi.

Maintenant je me demande ce qu'il va écrire après ça, parce qu'on a vraiment l'impression qu'il ferme la boucle de ses interrogations avec ce "roman" et que quand on a règlé le problème de La Mère on a trouvé le sens

Partager cet article

Repost 0